Comm1histoire

Un site utilisant unblog.fr

Etre une femme

Classé dans : Vie quotidienne — 26 juillet 2012 @ 7 h 10 min

Etre une femme dans Vie quotidienne IMG_0423_1024-205x300

Elle se réveille aux aurores, prépare le petit déjeuner avant de reveiller les enfants, les habille s’ils sont petits, profite de ce moment ou ils sont assis pour parler avec eux, puis réveille éventuellement le mari, et bien oui , elle espère quand même une  petite aide, qui bien souvent ne viendra pas. Elle avale un café en une fraction de seconde. Doit vite se préparer. Ca y est, un dernier coup d’oeil pour vérifier que tout est éteint, ferme la porte, oublie ses clefs de voiture, reviens sur ses pas, le dernier petit sur ses bras. Tout le monde casé dans la voiture, elle les dépose à la crèche, a l’école, au lycée. Elle file a son travail. Ou elle doit être immédiatement opérationnelle et compétente. Elle n’aura pas droit a l’erreur. Son cerveau faisant la navette entre ses préoccupations journaliéres et la masse de travail qui lui rappelle ses devoirs professionnels.

Quand arrive la fin de la journée, alors que pour chéri tout s’achève, pour elle tout recommence. Elle doit penser à faire les courses, récupérer les enfants, les aider à faire leurs devoirs, leur donner le bain, préparer le diner, s’occuper du linge à laver, puis l’ouvrir.. Il y a tant à faire à la maison.  Diner, puis ranger, les jouets qui trainent. Coucher les petits sans oublier de leur lire l’histoire du soir , une histoire qui s’éternise. C’est pas fini, car la vaisselle dans l’évier lui rappelle que demain elle n’aura certainement pas le temps de caser cette corvée. Elle pense à chéri, pas encore rentré, une pensée fugitive, elle se sent légèrement coupable, coupable de n’avoir pas le temps, coupable mais au fond lui en veut de la laisser seule sur ce grand huit, car  Lui- même énieme item de la longue liste. Coupable mais déçue de ne pouvoir trouver les mots pour expliquer à chéri qu’elle se sent a bout, fatiguée, survoltée. Pourquoi encore lui mettre la pression, lui qui dés son arrivée lâche ce fameux  » ah si tu savais combien ma journée a été pénible, je suis crevé »

L’accumulation des tâches chaque jour est vertigineuse. Cette vie frénétique est éprouvante, mais la femme n’a pas le temps d’y penser, car chaque minute compte. Pas le temps pour elle, pas le temps pour le sport, pas le temps de se reposer, pas le courage de se faire belle, pas le temps de se plaindre……même plus envie de plaire!!!

Nous n’avons aucun diplome spécifique pour les corvées de la maison, pour ne pas vous retrouver dans les situations de « la femme », apprenez leur dés le départ à partager les calins, les mots doux, mais aussi les contraintes duent à la cohabitation. Prenez l’habitude de leur demander, car ils ne vous proposeront pas. S’ils ne savent pas faire, ne faites pas pour eux. Ils apprennent vite. Tout est dans la maniére de le dire , dites le avec amour. Apprenez les à partager les bons comme les moins bons moments à la maison. C’est vrai, Petit à petit les hommes ont pris part aux tâches ménagères, avec plus ou moins de bonne volonté. Mais souvent, leurs techniques sont différentes : le coup de balai évite les coins, tout le linge sale se retrouve mélangé à 60′, la vaisselle ne brille pas toujours, mais n’est-ce pas déja le geste qui compte, se savoir soutenue, c’est une preuve de leur amour qui peut nous remonter le moral.

(le corset invisible+)

Non, messieurs, C’est pas toujours facile d’être une femme……

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 

Claudevelobateau |
FJVpeinture |
Le Palmach Portoch |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lesrongeursdemathilde
| Viasvacances
| Woozgo