Comm1histoire

Un site utilisant unblog.fr

Alliés et complice en amour

Classé dans : Vie quotidienne — 19 juillet 2015 @ 17 h 40 min

imagesvieLa complicité est-elle un élément essentiel du couple ? Et comment la définiriez-vous ?

Oui ! Dans un couple heureux, les deux partenaires doivent être alliés et complices pour faire des projets. Cette complicité amoureuse se définit par une notion très simple : celle du 1 + 1 = 3. Afin que votre couple puisse évoluer, vous devez élever une partie de vous-même pour reconnaître votre homme tel qu’il est, sans le juger. C’est cette reconnaissance de soi et de l’autre qui permettra à chacun de se réaliser. N’oubliez pas : dans un couple, il ne doit y avoir ni lutte, ni ennemi. Seulement de l’entraide.

Comment se traduit cette complicité amoureuse au quotidien ?

Voici  un exemple très concret. Votre homme adore les vacances faites d’aventures et de découvertes, et vous, pas du tout. Si vous êtes complice, vous prendrez en compte ses désirs et le laisserez partir de son côté. Pendant ce temps, vous en profiterez pour faire des choses qui vous tiennent à cœur, comme rendre visite à vos proches. En résumé, dans un couple complice, aucun des partenaires n’essaiera de forcer l’autre à faire ce qu’il n’a pas envie de faire.

Tout cela ressemble un peu à la complicité amicale ?

La complicité amoureuse est très proche de la complicité entre deux amis. Dans les deux cas, elle se construit sur des affinités. La seule différence tient à la présence de la sexualité !

Finament, pour durer, un couple doit être autant ami qu’amant…

C’est certain ! D’ailleurs pour savoir si votre couple va durer, demandez-vous si votre conjoint aurait pu être un simple ami ? Si la réponse est oui, vous partez sur de bonnes bases.

A quoi tient cette complicité finalement ?

A une affinité des caractères. L’on a tendance à dire que les contraires s’attirent. Certainement, mais je crois plus en l’adage « qui ressemble s’assemble » ! Plusieurs études ont d’ailleurs démontré que les couples heureux sont ceux qui ont une compatibilité de caractère d’au moins 70 %. Et notamment sur des sujets sensibles comme l’argent, l’éducation, le partage des tâches, l’intimité. Une colombe ne pourra pas vivre très longtemps avec un vautour !  »Ce sont les conflits qui révèlent la complicité ! »

Doit-on avoir exactement le même caractère pour être complice ?

Il ne faut pas non plus être trop semblable. Vivre avec un clone ou un « yes man » n’est pas ce qu’il y a de plus épanouissant ! Ce sont les différences qui génèrent les conflits, et ce sont les conflits qui révèlent la complicité !

Comment développer cette complicité ?

Premier point : ne fuyez pas les disputes. Un couple est fait pour générer des crises. Pas des crises qui pourraient hypothéquer la relation, mais des crises de croissance, où chacun sort gagnant. Un couple complice sait désamorcer les conflits assez vite et ne franchira jamais la ligne jaune. Il fera en sorte de n’avoir jamais à dire :  » Ok, on recommence à zéro ».
Autre point important : nul ne doit se soumettre ou se sacrifier pour son conjoint. L’astuce est de négocier des attentes gagnant/gagnant. Les couples heureux ne font pas de compromis. Ils échangent, expriment leur désaccord mais s’acceptent et se soutiennent.
Et évidemment, plus on vieillit, plus la complicité grandit. D’un simple regard, vous comprenez ce que l’autre pense.

Qu’est-ce qui peut faire disparaître cette complicité?

Tous les couples vivent des moments critiques au cours de leur relation. Cela peut être une infidélité, une période de chômage, une maladie, un départ à la retraite… A chacun de ces moments, la complicité peut être remise en cause. Tout comme dans les périodes où une certaine routine s’installe. A vous alors d’organiser de nouvelles habitudes, de renouveler vos activités, de vous faire de nouveaux amis…

L’humour et le rire sont-ils des atouts solides pour un couple ?

Absolument ! Je dirais même que l’humour est l’une des meilleures stratégies de désamorçage de conflit ! Prenez un couple où la femme a tendance à toujours conseiller son homme. Ce dernier se sent forcément attaqué dans son territoire. Mais s’il a l’intelligence de prendre cela  avec humour, il ne se mettra pas en colère et dira tout simplement, en rigolant : « Oui maîtresse ».

Un dernier mot pour nos lectrices ?

Lorsque l’on fait des enquêtes sur les couples heureux et qu’on leur demande leur secret, la grande majorité répondent : « Je n’ai jamais tenté de le changer. » Voilà une parole d’un être complice !

 

Yvon DALLAIRE

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Claudevelobateau |
FJVpeinture |
Le Palmach Portoch |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lesrongeursdemathilde
| Viasvacances
| Woozgo