Comm1histoire

Un site utilisant unblog.fr

Archive pour le 18 octobre, 2016

Clés du bonheur : l’éloge de son âge.

Posté : 18 octobre, 2016 @ 11:48 dans Commune histoire | Pas de commentaires »

UnknownFAVoilà un joli texte a éditer

En vieillissant on se rend compte que la beauté est rare. On est peut-être plus à même de repérer les valeurs de cette beauté, écrémée des illusions et des faux-semblants. On peut voir la vie à travers le filtre de nos déceptions passées. 

Mais tout le monde ne prend pas ce chemin. Il n’y a qu’à lire Chouquettele merveilleux roman d’Émilie Frèche (Actes Sud) sur ces femmes qui ne veulent pas devenir grand-mères, qui nagent dans la vie à contre-courant, dans une course effrénée et pathétique au jeunisme. Et, au bout de cet espoir, ne demeure que l’impossibilité du bonheur. Peut-on réellement être épanoui sans être en accord avec son âge ? Mais avonsnous seulement le choix ? On peut grappiller quelques années, tricher un peu, se mentir, mais au bout du compte la vérité du corps est absolue. Alors gagnons du temps en l’acceptant ! 

Il semble finalement évident qu’une des clés du bonheur est de faire l’éloge de son âge. Hermann Hesse avait compris cela. Peut-être détestait-il chaque instant de sa vieillesse, mais il mettait son énergie à se réveiller, toujours, avec la pensée de voir le meilleur en toute chose. De toute façon, l’âge est comme le mariage. Tiens ! Ce n’est pas si étonnant qu’il y ait le mot « âge » dans mariage. L’âge est un mariage que nous formons avec nous-même pour toujours. On peut parfois le détester, penser qu’il est ingrat, violent, méchant, mais on ne peut pas le quitter. On est ensemble pour le meilleur et le pire. Il faut vivre au quotidien avec ce visage qu’il nous renvoie, celui du temps qui passe. Heureusement, certains matins, on se dit que notre âge a du charme tout de même, que l’on forme un joli couple dans nos belles heures. 

Le nombre de bougies augmente, il n’y a bientôt plus de place sur le gâteau, il nous faut de plus en plus de souffle pour le fêter, on souffle, on souffle. Sur toutes ces petites lumières comme autant de souvenirs. 

 

 Éloge de la vieillesse d’Hermann Hesse 

 

Claudevelobateau |
FJVpeinture |
Le Palmach Portoch |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lesrongeursdemathilde
| Viasvacances
| Woozgo